La gestion des pertes


Observons en détail les situations gênantes.

Alcatel en 60 minutes

Aberd p8 1

Source : Axial Finance Expert

Alcatel ci-dessus en 60 minutes met en lumière un range un peu sideways. Les signaux générés par les breaks des plus hauts et plus bas des trois dernières heures sont nombreux et souvent de mauvaise qualité. http://www.objectifeco.com/a/la-bourse-pour-les-nuls.html

Bien qu’il soit impossible de connaître à l’avance la formation d’une telle « purée de pois », bien souvent je me contente de fuir dès que les graphiques perdent en clarté. Si je n’arrive pas en une seule seconde, juste au moment où je découvre la valeur sur mon écran, à déterminer la configuration majeure du titre, je passe la main. C’est l’intérêt de l’approche discrétionnaire que de pouvoir agir de manière irrationnelle, en fonction de ses goûts.découvrir comment trader 

Alcatel, le 25 février 2004 en 5 minutes

Aberd p8 2

Le premier trait noir horizontal est le signal d’achat. Ensuite, à quatre reprises, les stochastiques repassent sous le seuil des 20 et relancent un signal d’achat. Le plus bas de la barre du premier signal, le niveau de stop, n’est jamais enfoncé. Au final, le titre décolle de 2,3% pour un risque initial de 0,3% environ. Mais pendant trois heures, cette opération a exigé patience et foi !

Deuxième cas de figure où le stop est déclenché

Alcatel en 5 minutes

Aberd p8 3

Même configuration que le 25 février sauf que, cette fois-ci, le point de stop (point 1) est enfoncé légèrement. D’où l’intérêt d’utiliser un stop en pourcentage évoqué ci-dessus de 0,30% au moins en période de faible volatilité, plutôt que de serrer le marché au plus près, en coupant par exemple dès que le support est enfoncé. Tout ceci reste à l’appréciation du trader, en fonction du carnet et des volumes traités au moment où le support est enfoncé.

Aberd p8 4

Aux frontières de la discrétion, cet exemple met vraiment en lumière les questions et les décisions embarrassantes qu’un trader doit gérer devant ses graphiques. Un signal d’achat a lieu alors que le filtre est en tendance haussière. Tout jusqu’ici va très bien. Seulement, le plus bas des trois dernières heures est cassé à la baisse dès l’heure suivante, comme le montre le chiffre 4 et le trait horizontal, support établi lors du signal d’achat. Cependant, si le filtre est en mode neutre, le stop à -0,30% n’est pas déclenché pour autant, car la baisse est relativement réduite. Que choisir ? L’indication du filtre ou le niveau de stop en absolu.Dans ce cas de figure, compte tenu de l’envolée qui suit, la bonne réponse était le stop à 0,30%. Mais rien n’est jamais certain, comme le montre l’exemple suivant…

France Telecom, le 5 mars en 5 minutes

Aberd p8 5

La configuration est identique à la précédente sur Alcatel, la veille. Le point 4 montre que le filtre passe de tendance haussière à position neutre, puisque le plus bas des trois dernières heures est enfoncé. 14h30, un chiffre tombe. Il est mauvais à coup sûr, vu le plongeon. Seulement, on ne le découvre qu’en temps réel… France Télécom plonge et le stop est théoriquement exécuté à -0.30%, car dans la pratique l’exécution a lieu bien plus bas. Il est clair que ce genre de position et de pari doivent être évités avant la tombée d’une statistique US ! Il s’agissait en l’occurrence du chômage américain… Cet exemple permet de bien comprendre les enjeux. Un signal, deux issues avec aucune certitude. Sauf celle de pouvoir gagner 1 à 2% d’un côté, contre une perte limitée de 0,30% de l’autre, hors frais de courtage.

Lecture : http://news.bbc.co.uk/2/hi/business/2770345.stm

Les bons candidats


D’une manière générale, seuls les titres appartenant au CAC 40 peuvent donner lieu à du trading en format 5 minutes. Et encore ! Il n’existe à la Bourse de Paris qu’un petit nombre de valeurs pouvant supporter cette échelle de temps, à l’image des Alcatel et France Telecom. Car qui plus est, outre le volume suffisant, il est impératif que suffisamment de volatilité à très court terme soit présente. Ce qui écrème encore le nombre de candidats potentiellement attrayants. Toutefois, il ne suffit que de quelques titres aux caractéristiques adéquates sur topoption pour engranger régulièrement des décalages de 0,5 à 1%, selon les niveaux de volatilité.

Ce niveau de volatilité a un impact très important sur ce type de stratégie. En mars 2004, date de réalisation de ce chapitre, le marché français connaît une chute de la volatilité sans précédent. Voire le graphique ci-dessous.

Aberd p7 1

Il s’agit de l’indice CAC 40 depuis sa création en 1988, en format hebdomadaire. L’indicateur situé sous sa courbe, est l’écart exprimé en pourcentage entre le plus haut et le plus bas, sur une période de 5 jours.

Comme il est possible de le constater, le CAC 40 connaît une situation historiquement basse, avec des décalages hebdomadaires à peine supérieurs à 2% contre 12% au plus haut de la crise boursière en 2002.

Le nombre de mouvements d’amplitude intéressante est donc par nature limité dans ce type de marché très mou.

Conséquence directe en day trading, les espoirs de gains en échelle de temps 5 minutes se réduisent, car l’indice CAC 40 a une influence forte sur la tendance de titres comme Alcatel ou France Télécom.

En outre, cette stratégie de stochastique 5 minutes filtrée avec du 60 minutes en tendance, doit se concevoir avec de l’effet de levier. Sur les niveaux actuels de volatilité, je place un stop à 0,30% sous le plus bas de la barre du signal en 5 minutes. Il m’arrive d’utiliser un effet de levier de 5, mon risque étant alors de 1,80%, frais de courtage compris.

La sortie se fait à discrétion, en fonction du temps écoulé, de la vitesse du marché, du volume et des points chartistes.

Exemples pratiques


Nous avons donc maintenant deux logiques différentes. La première consiste à établir la tendance sur l’échelle de temps 60 minutes. La deuxième propose d’acheter sur une faiblesse en échelle de temps 5 minutes ou de vendre sur un excès de hausse.

Il faut comprendre qu’utiliser les stochastiques seules dans leur coin en échelle de temps 5 minutes, à partir de la logique qui a été présentée, mène directement à la ruine.

Toute la valeur ajoutée vient de l’association des deux logiques, comme le montre d’ailleurs l’exemple sur Alcatel présenté il y a trois pages.

Exemple pratique

Je vais maintenant dérouler une opération pas à pas.

Commençons au 2 janvier 2004. Première étape, l’analyse du filtre.

Alcatel en 60 minutes

Aberd p6 1

Source : Axial Finance Expert

Au point 1, Alcatel clôture en 60 minutes au-dessus de la MM20 et en même temps, au-dessus du plus haut des trois dernières barres. Nous pouvons donc passer en mode « tendance haussière ». Au point 2, le plus bas des trois dernières heures est enfoncé : c’est le mode neutre, car la clôture est sur la MM20. Si celle-ci était inférieure, ce serait le mode « tendance baissière ». Au point 3, même cas de figure qu’au point 1 : la tendance est haussière.

Alcatel, même graphique, mais en format 5 minutes, avec les signaux en stochastique

Aberd p6 2

Source : Axial Finance Expert

Nous retrouvons les mêmes points que sur le précédent graphique, ce qui permet d’avoir les repères du filtre bien visible. Les six traits verticaux en gras représentent les signaux de stochastique 5 minutes. Ils sont globalement pertinents. Certes, compte tenu de la volatilité limitée de ce début d’année 2004 – ce qui a pour fâcheuse conséquence de compresser les ranges quotidiens – les potentiels de gains en format 5 minutes sont réduits à la portion congrue. Cependant, le timing est bien là.

Un autre exemple sur France Telecom, le 1 et 2 mars 2004.

Aberd p6 3

Source : Axial Finance Expert

Le point 1 en heure par heure représente le plus haut des trois dernières heures, cassé à la hausse. Le point 2 est la fin de la position du filtre en tendance haussière.

France Télécom, même date, mais en format 5 minutes.

Aberd p6 4

Source : Axial Finance Real Time

Au cours de la période où le filtre indique une tendance haussière potentielle, la stochastique de France Télécom passe cinq fois sous la barre des 20, déclenchant un signal d’achat à chaque fois. Ces derniers se terminent plutôt bien. Sauf le deuxième et le troisième, qui cependant ne donnent pas lieu à une baisse de marché.

Ce type de technique ne peut pas s’employer pour toutes les actions. Intervenir sur une échelle de temps aussi courte que le 5 minutes implique de sélectionner soigneusement ses titres. Il est impératif que les bar charts soient creusés un minimum.

GFI INFORMATIQUE en 5 minutes, le 3 et 4 mars

Aberd p6 5

Source : Axial Finance Expert

Avec l’exemple ci-dessus, il est totalement impossible de réaliser de l’analyse technique sur ce type de graphique. Il n’y a ni assez de cotations, ni assez de volume traité.

Le signal d’achat et de vente en 5 minutes


Il existe de nombreuses écoles pour les stochastiques, chaque adepte étant souvent prêt à s’étriper dans les forums d’Internet, afin de savoir quelle est la meilleure approche.

Pourtant, rappelons tout de même qu’il s’agit de graphiques en 5 minutes ! La marge de manœuvre est tellement rapide, que trop de détails et de rigueur peuvent rendre impossible du trading réel. Peu importe l’exactitude du signal d’entrée sur un grand nombre d’opérations et quelque soit le broker meme Interactive Option.

Je propose donc une entrée classique à l’achat en zone de survente et une vente en zone de surachat.

Le graphique de la page suivante illustre la mécanique.

Alcatel en 5 minutes

Aberd p5 1

Source : Axial Finance Expert

Ci-dessus, la stochastique passe sous le niveau 20 : il faut acheter.

J’attends donc que la stochastique 21 / 2 passe au-dessus de 80 ou au-dessous de 20 et qu’elle se retourne sur au moins une barre. Plus précisément, je ne regarde pas la courbe de la stochastique mais sa moyenne mobile, que je calcule sur deux barres. J’agis de la sorte, car il arrive régulièrement que la stochastique passe sous un seuil de survente, sans que la MM2 barres confirme. Dans ce cas, je ne tiens donc pas compte du signal.

De même, je ne prends un retournement en compte que sur cette MM2. Car dans la pratique, j’ai observé que la stochastique en 5 minutes pouvait se bloquer sur le niveau 0 ou 100… en cas de tendance pure notamment. Ensuite, une fois le retournement sur la MM2 validé en clôture d’une barre de 5 minutes, je considère alors disposer d’un signal.

Le principe de la multi-échelle de temps


Nous disposons désormais d’un signal-filtre basé sur du 60 minutes. La deuxième étape consiste à associer cette logique de filtre 60 minutes avec un signal d’achat et de vente qui utilise, lui, l’échelle de temps 5 minutes.

J’ai choisi pour le 5 minutes, l’indicateur stochastique dont les paramètres sont 21 pour %K et 2 pour %D.

Les stochastiques sont très prisées par le grand public notamment dans leur stratégie en options binaires, comme par les pros d’ailleurs. C’est devenu en quelque sorte un indicateur technique standard. A ce titre, il existe une multitude de manières d’exploiter l’information donnée par ces stochastiques.

Comme dans mon premier livre, je n’ai aucune ambition théorique, ni aucun souci ou désir de démontrer la validité ou la pertinence d’une stratégie par rapport à une autre. Seuls les gains en bourse m’intéressent. En conséquence, je vais présenter une manière parmi d’autres de se servir des stochastiques. Parce qu’elle me parle avant tout. Il s’agit donc d’un parti pris subjectif.

Concrètement, je perçois les stochastiques comme un outil à tout faire. Dans les trading ranges, il permet de jouer la contre-tendance en marquant les phases de surachat et de survente. Et dans le suivi de tendance, il peut à la fois servir au suivi et à la contre-tendance.

Comme nous disposons maintenant d’un filtre de tendance en 60 minutes, c’est tout naturellement que je propose d’exploiter en contre-tendance dans l’esprit du swing trading, cette célèbre stochastique.

Je rappelle ici qu’une stochastique est composée d’une zone de surachat, d’une zone neutre et d’une zone de survente. Utiliser cet indicateur en contre-tendance signifie acheter lorsque la stochastique est en zone de survente et shorter lorsqu’ellle se retrouve en zone de surachat.

Alcatel avec une stochastique en 5 minutes

Aberd p4 1

Source : Axial Finance Real Time

 

Ce qu’il y a d’indéniablement agréable avec l’analyse technique, c’est qu’il lui arrive de fonctionner à merveille…. L’exemple ci-dessus montre cinq signaux, numérotés de 1 à 5 sur le graphique, où la stochastique MM2 de 21 passe au-dessus de la barre des 80. A chaque fois, une position baissière se solde par de solides gains.

Ce qu’il faut comprendre d’un exemple de cette nature, c’est qu’en période stable de tendance baissière, il suffit de shorter les rebonds pour gagner honorablement sa vie de trader. Un sur-achat en pleine tendance baissière est assurément en effet, une opportunité à ne pas manquer.

Le petit truc doit être accompagné d’un filtre


Pour tirer pleinement partie de ce filtre, je lui adjoins une simple moyenne mobile calculée à 20 heures. Car il faut bien sûr comprendre ce qui se passe sur les prix en intra day. Je vais à nouveau illustrer par deux graphiques de tendance.

Jusqu’à présent, j’ai utilisé la grosse tendance haussière d’Alcatel au mois de janvier 2004, cette dernière représentant un mouvement de 40% ! La plupart du temps les tendances sont moins longues, avec une amplitude moindre.

Prenons celle de février 2004. Alcatel passe de 13,5 euros à 12 euros, soit une chute d’un peu plus de 10% en l’espace de six séances.

Voici le graphique ci-dessous en 60 minutes avec une moyenne mobile à 20 heures

Aberd p3 1

Un double faux signal à l’achat, mais globalement, notre petit filtre à 60 minutes remplit son rôle. Seulement, il s’agit de tendance sans hésitation. Or, les marchés financiers sont vicieux la plupart du temps, au niveau des graphiques. De nombreux pièges sont là pour que la majorité des intervenants perdent.

Voici donc une deuxième tendance haussière à la fin du mois de février 2004, soit presque deux mois après la première ayant servi de base pour l’illustration de ce début de ce chapitre.

Alcatel en 60 minutes

Aberd p3 2

Source : Axial Finance Expert

Alcatel est bien en tendance haussière pendant huit séances. Seulement voilà, le titre pique systématiquement du nez aux deux tiers de la séance, déclenchant notre filtre à la vente… juste avant que la valeur ne reparte à la hausse.

Intolérable ! En tout, ce phénomène a lieu six fois sur huit (voir notre numérotation sur le graphique). C’est donc pour cela que j’utilise la moyenne mobile à 20 heures pour déjouer les tendances avec hésitation, qui sont très courantes, surtout dans les marchés haussiers qui ont une réputation non volée de « monter en crabe ». Le principe de la moyenne mobile 20 heures est simple : tant que la clôture d’une barre en format heure par heure n’est pas inférieure à la MM20, la tendance est considérée comme haussière et les signaux du filtre dernier plus haut ou dernier plus bas des trois dernières heures sont à ignorer. Commençons par illustrer ce principe de clôture horaire par rapport à la MM20.

Alcatel en 60 minutes, graphique identique au précédent, mais en cours de clôture au lieu du bar chart traditionnel

Aberd p3 3

Des six points précédents qui posaient problème, il n’en subsiste plus qu’un. J’ai conservé les traces des niveaux de vente marqués par le filtre des plus bas des trois dernières heures, cassés à la baisse. Chaque clôture horaire, sauf celle indiquée par le chiffre 1 ci-dessus, est supérieure à la MM20.

Il ne faut pas croire que l’exemple sur cette tendance est un cas spécial. D’une manière générale, la MM20 heures est un excellent filtre en day trading sur de nombreux titres et indices boursiers.

Alcatel, au cours de l’intégralité de la période

Aberd p3 4

Revoilà Alcatel au cours de l’intégralité de la période, avec les trois tendances que nous avons étudiées, en rappelant que la tendance de janvier 2004 a, elle-même, été découpée en trois parties distinctes. Il est facile de constater que la clôture horaire s’appuie sur la MM20, mais elle ne la franchit que rarement lorsque le titre est en tendance.

Ce qui permet de disposer désormais d’un filtre plus évolué, dont voici les règles :

1 – Si le titre casse le plus haut des trois dernières heures, la tendance est HAUSSIERE, à condition que la dernière clôture horaire soit supérieure à la MM20 heures.

2 – Si le titre casse le plus haut des trois dernières heures, alors que la dernière clôture horaire est inférieure à la MM20, le filtre est en position NEUTRE. D’où absence d’opération.

3 – Si le titre casse le plus bas des trois dernières heures, la tendance est BAISSIERE, à condition que la dernière clôture horaire soit inférieure à la MM20 heures.

4 – Si le titre casse le plus bas des trois dernières heures, alors que la dernière clôture horaire est supérieure à la MM20, le filtre est en position NEUTRE. D’où absence d’opération.

Mon petit truc pour reconnaître le sens des tendances


En fait, si les cours en format 60 minutes cassent à la hausse le plus haut des trois dernières barres (donc, des trois dernières heures), je considère que le marché est en tendance haussière, jusqu’ à ce qu’ils cassent le plus bas des trois dernières heures.

Seuls deux modes sont donc possibles : hausse ou baisse. Aucune position flat ! Et tant que les cours se maintiennent au-dessus du plus bas des trois dernières heures, même si ces derniers passent sous le signal de tendance haussière, je maintiens la position « HAUSSE ». Le mode « BAISSE » se déclenche uniquement lorsque pour la première fois, un plus bas des trois dernières barres de 60 minutes, est cassé à la baisse.

Reprenons les trois types de tendances vus précédemment et observons ce qui se passe lorsque ce petit indicateur est en fonction.

Alcatel, partie 1, 2 et 3

Aberd p2 1

Pour chaque tendance – et nous en avons trois exemples différents sur ce graphique – ce petit indicateur sans prétention, en 60 minutes, parvient à suivre le mouvement en ne ratant aucun des mouvements.

Certes, de temps en temps il signale des baisses potentielles qui échouent ici.

Mais son principal inconvénient est en réalité ailleurs, lorsque les marchés sont en trading range : en effet, sans direction, les cours déclenchent successivement à la hausse et à la baisse, sans succès, des indications de changement de tendance.

Hormis ce point qui peut être en partie éliminé par des filtres de volatilité et de range dont j’ai présenté les concepts dans « 12 Stratégies pour trader à horizon 2/8 jours sur les valeurs du SRD », cette approche, fondée sur l’analyse des trois dernières heures, remplit souvent très correctement son rôle de filtre, car il ne s’agit pas de signaux d’achat/vente, mais de filtre !